ACCUEIL arrow HISTORIQUE
HISTORIQUE DU KATORI


Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu     

 

     L’école fut fondée en 1447 par Iizasa Ienao, rebaptisé « Choisai », tout prés du temple de Katori. A la suite de la disgrâce de son clan, le clan de Chiba, Iizasa se retira à Umekiyama où il entreprit une retraite martiale et spirituelle.

S’il on en croit l’histoire, un soir, éreinté par son entrainement Iizasa vit apparaitre sous la forme d’un jeune homme la divinité du temple Katori : Futsunushi no Mikoto. Ce dernier lui tint ce discours : « Choisai…, vous serez le plus grand maître de tous les escrimeurs sous le soleil. ».

 Après ces paroles, le jeune homme sauta de la branche qui lui servait d’assise et disparut. Sur ses traces Iizasa trouva un rouleau de papier (Le « Mokuroku Heiho Shinsho ») où étaient inscrites les techniques et les stratégies décrites par les dieux.

 D’ou l’appellation « Tenshin Shoden » = « Offerts par les dieux ».

            De nos jours la « Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu » est reconnue comme la plus vieille école d’armes du Japon, ce qui lui valut en 1960, d’être classée monument nationnal.

             Contrairement à beaucoup d’ écoles en ce temps là, la Katori Shinto Ryu pronait une politique d’ouverture. En effet, quelque soit sa classe, origine ou position sociale, chacun pouvait étudier dans cette école ; bien qu’elle n’accepta jamais d’être surpeuplée.

    Les armes qui y sont enseignées sont les suivantes :

    . Le Ken ou Bokken (Sabre) 

    . Le Bô (Baton long)               

    . Le Naginata (Hallebarde)   

    . Le kodachi (Sabre court)

    . Le Ryoto (deux sabres)

    . Le Yari (la lance)

    . Le Shuriken

La pratique des armes est instruite sous formes de « Kata ». Les Katas sont différents enchainements d’attaques, de frappes et de gardes, parfaitement codés et très précis.

Mentalement le Kata, apprend à maitriser les émotions et à installer une présence martiale du corps et de l’esprit.

En bref, une étude dévouée du Kata met le corps et l’esprit en équilibre.


Quoi que nous recherchions dans la pratique, il est important de garder à l’esprit que des hommes ont perdus la vie par ou pour cette école ,bien que l'enseignement donné ne prône ni la violence ni la décadence et que l’une de ses philosophies maitresses était et doit rester « Shi ni ai » : « La seule fin du combat est la mort ».

Il reste à chacun d’interpréter cette phrase avec le plus de recul et de sagesse possible.

   

 

Visitors Counter


Qui est en ligne

Tsuba aléatoire

ts1369 56.jpg
© 2019 MATSU DOJO
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.